Carte d’identité – Xavier Gauthier

À chacune de nos publications, nous vous présenterons un membre du Phoenix Musical ou d’un organisme qui collabore avec nous,  afin de vous faire connaître les beaux visages qui se cachent derrière nos projets.


Petite introduction:

Xavier Gauthier est l’un des membres fondateurs du Phoenix Musical.

Il a aussi agit comme chorégraphe pour plusieurs des productions du Phoenix Musical et du CoMUM, et a aussi participé à plusieurs spectacles de d’autres organismes et productions en tant que danseur, chanteur et acteur.

Il travaille actuellement chez Ubisoft à Montréal.

En quoi excelles-tu?

Je crois que je vais te décevoir parce que je ne peux pas dire que j’excelle en quoi que ce soit. Je me considère plutôt comme un « jack of all traits ». Je pense que je suis bon dans tout, mais excellent dans rien en particulier. Je sais que je suis créatif, que je suis bon en danse. Je pourrais être un peu bon en mise en scène aussi. C’est ce que j’aime de la comédie musicale : l’aspect multidisciplinaire. Je suis quelqu’un qui n’est pas capable de se concentrer sur une seule chose, donc la comédie musicale, c’est très libérateur. Je peux pratiquer trois disciplines à la fois et trois disciplines que j’aime. J’aime faire juste de la danse, mais je préfère danser et faire autre chose en même temps.

Quels sont les ajouts les plus récents sur ton iPod?

Ce sont des chansons pour le party d’Halloween du Phoenix Musical. J’ai acheté des chansons populaires récentes, puisque j’étais DJ. Mais pour mon intérêt personnel, la dernière chanson que j’ai téléchargée était Shape of You de Ed Sheeran. Je l’ai écoutée durant tout l’été.

Quel.le compositeur.e, auteur.e, acteur.rice aimerais-tu inviter à souper?

Stephen Sondheim. Ça m’a l’air d’une personne agréable. J’aimerais pouvoir le faire parler et apprendre le plus possible de lui. Sinon, je pourrais inviter Jerome Robbins, un chorégraphe que j’admire.

Quel personnage fictif aimerais-tu rencontrer?

Spider Man; tous les personnages de Spider Man des BDs ou des films. Miles Morales est justement un Spider Man récent où le personnage est d’origine afro-américaine, ce qui est vraiment intéressant.

Quel est ton dernier engouement artistique?

C’est connexe à la comédie musicale, si on veut. Je suis allé voir le film Baby Driver de Edgar Wright. J’ai tripé solide! Le film est construit avec la musique et a été tourné avec de la musique. Tout a été conçu en symbiose avec la musique. C’est un concept qui me laissait sceptique au début, mais qui fonctionne super bien en fin de compte. Les personnages sont bien choisis et la scène entre les deux amoureux de l’histoire est vraiment bien. Je n’ai jamais vu de film comme ça et je m’intéresse beaucoup au cinéma, puisque j’ai un bac dans ce domaine.

Quelle est la plus grande leçon que tu aies apprise en faisant du théâtre musical?

J’ai commencé à faire de la comédie musicale alors que j’étais très jeune et, à cette époque, j’avais un petit préjugé par rapport à l’homosexualité. J’ai d’abord vu la pièce Rent, de Jonathan Larson, qui m’a aidé à démolir ce préjugé. Puis, j’ai joué dans Rent, à l’âge de 19 ans, et j’interprétais le rôle d’Angel, ce qui m’a encore plus aidé à comprendre cette réalité-là : comprendre qu’être hétérosexuel n’est pas plus « normal » qu’une autre réalité. Tout le monde est « normal ». Avoir une orientation sexuelle « différente », être « différent », ce n’est pas être « anormal ». En fait, tout le monde a le même amour. Quand j’étais jeune (né en 1987), je n’ai pas grandi dans un environnement où on considérait que l’homosexualité pouvait être « normale ». C’est donc quelque chose que j’ai appris à travers la comédie musicale.

Quelle est la plus belle chose qu’on t’ait dite?

On me l’a dit quelques fois, mais j’aime beaucoup que l’on me dise : « Je suis fier de toi. » Mais, vous ne pouvez pas tous me le dire. (Rires.) Certaines personnes m’ont dit ces mots et c’est ce qui m’émeut le plus. Les mêmes mots ne veulent pas dire la même chose; tout dépend de la personne qui les dit.

Quelle est la chanson que tu as le plus honte d’écouter encore?

(Rires.) Je ne sais pas. Est-ce que je te dis celle à laquelle je pense? Parce que j’en ai des pires. (Rires.) OK. Dernièrement, j’ai dû faire une liste de lecture pour une danse qui s’adressait à des gens de la génération X. Donc, dans la liste de lecture, j’ai des succès des années 70 et je suis allé chercher la chanson Corps à corps de Chatelaine. Je la trouve vraiment drôle. Je la trouve tellement campée dans une époque et j’adore ça.

 

Auteure: Fylicia Côté, bachelière en lettres et sciences humaines
Photographe: Audrée Rossignol